Les grandes tendances en design web en 2015

Comment expliquer que tel style de web design s’impose plutôt qu’un autre ? Par-delà les effets de mode, la question doit être replacée dans le contexte à la fois particulier et globalisant de l’internet. La réponse, complexe, fragmentaire et démultipliée, se situe assurément dans les méandres de l’univers dématérialisé qui unit concepteur de site web et internaute.

webdesign

Le primat de l’image

Photo, vidéo, graphisme, icônes…Incontournable, l’image s’impose sur tous les supports, spécialement sur les mobiles, peu propices à la lecture de textes longs. Illustration et signe, l’image est devenue message, un langage en soi. Sans rien perdre de sa puissance comme outil pur de marketing, elle se décline en grand ou sur fond d’écran, telle un chant de sirènes visuel captivant l’œil du visiteur.

Le défilement infini

Déjà adopté dans les réseaux sociaux, le long scrolling (défilement long ou infini) inspire de nombreux web designers. Conçu comme une page « tout en longueur », le procédé permet à celle-ci de s’afficher au fur et à mesure que l’internaute glisse son doigt sur l’écran. Fini le traditionnel menu. Moyennant quelques astuces comme l’usage d’ancres et la fixation de l’en-tête, il en résulte une navigation instinctive et un format d’une élégante sobriété.

Le design plat

Depuis son lancement en 2010 avec Windows Phone, de plus en plus plat, le flat design gagne en couleur et en graphisme. La technique s’adapte au mobile, imposant le style minimaliste qui la caractérise. Simplification, lisibilité, accessibilité sont les maîtres-mots de cette esthétique dépouillée hyper-moderne. Tout porte à croire que l’approche, initiée par le Metro Design de Microsoft et relayée par le Material design de Google, a encore de belles années devant elles.

Le responsive design

Version améliorée du design liquide, le responsive design œuvre pour une accessibilité optimale et une adaptation des sites à tous les écrans, ce qui est pour le moins inévitable au vu de la multiplication des supports et la généralisation de l’internet mobile. Sans doute faudra-t-il envisager des applications spécifiques, mais la tendance devrait d’autant plus se répandre que les avantages générés par le procédé sont importants : réduction des coûts et des délais, simplification de la maintenance, lisibilité des mises à jour, etc.

Le storyelling

Ce n’est certes pas ce type de communication interactive (scrolling interactif) qui donnera tort aux allergiques au « tout technique ». Rien de tel qu’une bonne histoire à raconter pour séduire l’humain qui sommeille devant son écran. L’entreprise requiert toutefois une bonne dose d’imagination pour optimiser l’intérêt de l’utilisateur et le faire réagir progressivement. Outils d’animation, tests d’évaluation (comme le bouton Like de Facebook) ou newsletter, illustrent bien l’approche. C’est ludique, vivant, évolutif, et les internautes aiment ça !

Les web designers redoublent-ils de férocité ? Dans l’univers de la communication globale, interconnectée et interactive, l’inventivité est le nerf de a guerre. Mais qui propose et qui dispose ? Le consommateur est devenu un acteur à part entière. La technologie avance à pas de géant et les modes se font et se défont. Mais la seule tendance qui reste est celle de la rationalité ! D’autres modèles de design émergeront, mais ces six courants sont assurément d’une rationalité inouïe.